mercredi 28 mai 2014

L'interview de Laura Wilhelm



Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Bonjour, tout le plaisir est pour moi.

Comment as-tu commencé à écrire? Qui te lisait au début ?
En fait, j'ai commencé à écrire très jeune, sans compter le fait que je savais déjà lire et écrire avant la classe de CP (que j'ai sauté grâce à ça d'ailleurs), j'ai commencé à faire des nouvelles dans le style fantastique dès mon entrée au collège... Je lisais mes histoires à mon petit frère à l'époque. Puis il y a eu le lycée et le début de ma vie d'adulte qui s'est enchaîné très vite. A ce moment là j'ai eu envie de faire quelque chose de plus sérieux et « Azmel » est né comme une évidence sans que j'ai eu à trop chercher l'inspiration... J'ai réussi à garder le secret de mon ouvrage tout le temps de son écriture, puis j'ai demandé à certains de mes proches (notamment ma sœur et ma mère) de me donner leurs avis... qui ont été très favorables ! Peut-être parce que justement ils savaient que c'était mon projet ? Je ne sais pas. Mais en tout cas c'est grâce à eux que j'ai voulu aller jusqu'au bout de l'aventure.

Quel est ton genre favori ?
Sans hésitation le fantastique, avec une touche de romance.

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
Je n'ai pas réellement de processus créatif, au début, pour le premier tome, j'écrivais en vrac, des idées me venaient et je les couchaient sur le papier. J'ai ensuite commencé à tout imbriquer, y trouver une suite et ajouter des éléments ... Mais comme je l'ai dis plus haut, c'est apparu comme une évidence, je n'ai pas eu de règles d'écriture.

Avant d'écrire je me mets à la place de mes personnages, je deviens le héros et l'ennemi. Si j'arrive à penser comme lui/elle j'arrive très vite à trouver l'inspiration. La musique que j'écoute joue aussi un rôle très important.

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
A la première personne.

Quels écrivains admires-tu le plus ?
Bernard Werber est sans doute l'écrivain que je préfère.

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Pour moi, un personnage crédible est un personnage vivant, qui a du caractère mais qui sait aussi évoluer par rapport à ce qu'il vit. Pour mes personnages je pense qu'il y a encore du travail à faire pour les rendre plus profond et/ou complexes mais je note tous leurs traits et particularités pour ne pas me perdre entre les uns et les autres.

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
Pour moi-même (car l'écriture est un moyen d'évasion et de détente que j'affectionne beaucoup), pour mes proches (qui me soutiennent depuis le début) mais je souhaite aussi faire connaître mon petit univers à d'autres, car si l'écriture me permet de me sentir bien dans ma peau peut-être que mon travail permettra aussi à mes lecteurs de s'évader et de se sentir bien ...

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Les avis positifs font toujours plaisir (rires) mais les négatifs permettent d'évoluer et de corriger les erreurs s'ils sont construits et légitimes.

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Oui mais je ne dirais pas qui (rires).

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Absolument pas. J'écris quand j'en ai envie et quand j'ai du temps pour le faire... Je ne respecte aucun délai car je n'aime pas être contrainte à le faire. Je ne veux surtout pas bâcler mon travail, je prends mon temps et procède toujours étape par étape même si je n'ai pas de date prédéfinie.

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
De la musique, mon calepin, des feuilles blanches, un stylo et mon ordinateur portable.

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
J'écris la base sur papier, corrige et mets en ordre au stylo, fais mes plans et ensuite j'écris sur écran, parfois j'écris tout de suite sur écran car l'inspiration me vient en touchant les lettres de mon clavier, mais je n'imprime rien (je ne vais pas gâcher des feuilles, rires). J'imprime que lorsque mon projet est propre et terminé.

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
Et bien j'ai été déçue, non pas par rapport à l'édition elle-même mais parce que j'avais tendance à idéaliser le travail des éditeurs...

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Je travaille actuellement sur la suite de mon premier ouvrage. « Azmel » aura bien un tome 2.

Le dernier mot est pour toi…
… Encore un peu d'espoir, il suffit d'y croire... (et je rajouterais : Encore et toujours ! )

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)
J'avais aussi envie d'ajouter une chose : Ce que je dirais à ceux qui ne connaissent pas mon ouvrage pour leur donner envie de me découvrir :

« "Imaginez-vous perdre vos deux parents en même temps ? (Oui, je sais, c'est pas sympa, mais "IMAGINEZ"!)

Imaginez que vous soyez obligé de recommencer votre vie à zéro, nouvelle ville, nouveau lycée, nouvelle famille...

Imaginez ensuite que vous découvriez dans un excès de colère que vous avez la faculté de déplacer les objets avec la seule force de votre pensée et que vous n'êtes pas seul à faire parti des forces supérieures.

Imaginez que vous ressentiez les battements de cœur d'une personne inconnue dans votre poitrine lorsque vous la croisez... Comment réagiriez-vous si au premier contact physique, une douleur terrible vous plongeait dans l'inconscience ? Comment feriez-vous pour gérer un amour interdit, renforcé d'un sortilège par vos ancêtres des centaines d'années avant votre venue au monde ?

Imaginez-vous que la vie que vous meniez jusqu'ici n'était qu'une illusion destiné à cacher votre vraie nature des forces du mal... Encore un peu d'espoir, il suffit d'y croire..." »



Où trouver l'auteure ?

https://www.facebook.com/AzmelLaPorteDuTemps
Sur sa page Facebook
http://wilhelmlaura83.wix.com/azmelofficiel
Sur son site officiel
http://booknode.com/azmel,_la_porte_du_temps_0743073
Sur Booknode
http://www.amazon.fr/Azmel-Porte-Temps-Laura-Wilhelm/dp/2351673816
Se procurer son livre sur Amazon

mercredi 21 mai 2014

L'interview de Krysca Ventura

Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions

Comment as-tu commencé à écrire? Qui te lisait au début ?
Je crois que je ne peux pas mieux l’expliquer… Sourire ;-)

Écriture mon Amour…
Depuis que je suis haute comme trois pommes
Ce ne sont pas des cahiers mais des tomes
Qui se sont recouverts de signes au fil du temps
Seule différence j'ose les publier maintenant
Écrits qui m'ont permis d'exorciser mes maux
Sinon à quoi serviraient tous ces différents mots
Il fut un temps où je les cachais voire les jetais
Pour faire disparaître avec eux certains déchets
Il s'avère que c'était sans doute une erreur
Puisque même sans eux persistait l'horreur
Mais bonheurs et actualité de chaque jour
Servent aussi de base à tous mes petits discours
Par différentes formes d'écriture je suis passée
Et chacune m'a apporté une forme de liberté
Je n'ai pas la prétention de rivaliser
Avec des auteurs devenus des célébrités
Encore moins prendre la place d'écrivains
Que ce soit bien clair dans l'esprit de chacun
Voilà vous en savez un peu plus sur moi
J'espère que certains textes ouvriront débats

Quel est ton genre favori ?
Pour l’écriture, ce sont les livres pour enfants parce que ce sont eux qui nous font avancer dans la vie.

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
J’écris à chaque instant de la journée ou de la nuit, lorsque les idées me viennent, spontanément. Je ne programme jamais mon écriture, contrairement à d’autres auteurs qui se fixent des jalons ! Un fait divers peut déclencher un texte. On m’a dit, un jour, que j’avais été un troubadour au XIVe siècle, d’où mon amour de l’écriture et notre connivence.

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
A la première personne et au présent.

Quels écrivains admires-tu le plus ?
Martin EDEN, Emile Zola… mais il m’est impossible de les citer tous. J'aime beaucoup de choses, mais ne suis inconditionnelle de rien

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Sa sincérité, son émotion… Dans chaque livre qu’un auteur écrit, je reste persuadée qu’il y a une part de lui-même !

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
Pour ma fille puisque les histoires que je publie ont, avant tout, été écrites pour elle. Mes livres ne sont sortis que parce qu’elle a voulu les partager avec d’autres enfants.

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Oh que oui ! Sans eux, il est impossible d’avancer.

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Oui, ma fille, bien sûr !! Les livres ne sont proposés à l’édition qu’après ses suggestions et bien sûr, son accord.

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Jamais, l’écriture doit rester un plaisir et les jalons imposés risquent de ternir les émotions.

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
Rien en particulier. Il m’est arrivé d’écrire un texte sur une nappe en papier dans un restaurant. Avec l’accord du patron, j’ai amené la nappe.

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
Je ne travaille que sur écran. Ma vitesse de frappe me le permet. Je tape plus vite que je n’écris.

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
D’abord auto-éditée, un vrai parcours du combattant, j’ai eu la chance de rencontrer un éditeur en Août dernier qui a cru en mon écriture. J’ai actuellement 6 livres publiés chez Sokrys Editions.

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Un nouveau livre jeunesse qui, je l’espère sortira pour la fin de cette année. Le scénario a été imaginé par ma fille, mais comme elle a 12 ans, elle n’est pas encore capable d’écrire une livre. Je l’écris donc, elle corrige, elle modifie et, parfois, me gronde parce que je n’ai pas tenu compte de l’une de ses remarques ou de l’un de ses souhaits, mais tout ça dans la bonne humeur.

Le dernier mot est pour toi…
Merci à toi de me permettre de nous faire un peu connaitre, ma fille, nos livres et moi, en tant qu’auteur sous le pseudo Krysca Ventura.

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)

mercredi 14 mai 2014

L'interview de Frédérique de Keyser

 
Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions.
Bonjour. Je t’en prie, j’y réponds avec plaisir.

Comment as-tu commencé à écrire? Qui te lisait au début ?
Je ne fais pas partie des auteurs qui écrivent depuis leur plus tendre enfance. Je crois toutefois que je portais cela en moi et que cela avait juste besoin de mûrir. J’ai commencé à écrire suite à une déception livresque, ce que l’auteur avait décidé pour ses personnages ne me convenant pas en tant que lectrice. Alors, je me suis lancé le défi de passer de l’autre côté de la plume et de voir ce qui en naîtrait.
Au tout début, personne ne me lisait. Une fois mon premier roman achevé, j’ai pris mon courage à deux mains et l’ai confié à deux amies. Mais j’ai attendu d’avoir écrit 4 livres avant d’en envoyer un chez des éditeurs.

Quel est ton genre favori ?
À écrire ou à lire ? Question lectures, actuellement, je lis essentiellement des romances, en tous genres, historiques, classiques, contemporaines, paranormales ou érotiques et des ouvrages traitant d’Histoire, de la langue française... ou de l’histoire de la langue française, des mots… Sans oublier, naturellement, des ouvrages ou textes ésotériques, hermétiques ou spirituels dans lesquels je me replonge régulièrement. Plus jeune, j’ai lu beaucoup de romans dit d’horreur (G. Masterton notamment), des policiers médiévaux (Ellis Peters, Paul Doherty et tous ses autres pseudos), les Patricia Cornwell, la plupart de romans d’Anne Rice, des choses plus classiques tels Dracula, Le Portrait de Dorian Gray ... Dans un genre totalement différent, j’étais et suis toujours d’ailleurs totalement fan des romans d’Élisabeth Peters.
Sinon, en ce qui concerne l’écriture, je suis fidèle à la romance quoi qu’il arrive. Qu’elle soit paranormale, historique et paranormale, paranormale et érotique, etc…

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes pour écrire ?
J’allais dire : j’écris même lorsque je ne suis pas à mon bureau. En fait, c’est pratiquement ça. Des idées ne cessent de tourner dans ma tête, des nouvelles ou celles concernant mon projet en cours. Elles peuvent naître de tout et n’importe quoi. Un mot, une phrase, un article, une réflexion entendue ou mon humeur du jour peuvent me donner une idée. Voilà comment on se retrouve avec des post-it partout et des chemises remplies de pages avec des bouts d’idées en vrac…

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
Je serais tentée de dire que je suis plus à l’aise avec le vocatif. Mais le narratif me demande moins d’effort. Quoi qu’il en soit, je ne choisis pas réellement quel mode j’utilise, le choix s’impose pratiquement de lui-même en fonction de l’histoire que j’ai en tête.

Quels écrivains admires-tu le plus?
J’ai une fascination pour la plume de Poppy Z. Brite…

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Son imperfection et qu’il soit cohérent.
D’une manière générale, je n’imagine et ne créée que les grandes lignes du caractère de mes personnages et leurs physiques avant de débuter un projet. Ils prennent vie avec l’histoire et l’intrigue que je leur impose ; elles leur permettent de se révéler au fur et à mesure. Même à moi.

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
C’est une motivation tout à fait égoïste, j’écris avant tout pour mon plaisir.

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Un avis négatif, à condition qu’il soit sincère et non pas gratuitement malveillant, a autant de valeur qu’un avis positif puisqu’il s’agit de l’avis intime d’une personne. Quant à leur utilité, les premiers vous rappellent que l’on ne peut plaire à tout le monde, les seconds que vous avez su toucher un lecteur.

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Tout à fait, c’est essentiel selon moi. Et même plusieurs personnes.

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Non. En revanche, je m’impose un emploi du temps journalier en termes d’écriture pure.

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
Café, chocolat et cigarettes (oui, oui, je sais…)

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
J’écris sur écran et me relis le plus souvent de même. Il m’arrive toutefois d’avoir besoin d’une relecture sur papier, généralement pour des passages plus difficiles ou devant être retravaillés en profondeur.

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
Je dois avouer que j’ai eu de la chance, elle n’a pas été un parcours du combattant.

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Sur beaucoup de choses à la fois. Enfin… Je viens de terminer une série de 5 « sucreries luxurieuses » (5 nouvelles érotiques mettant en scène certains des personnages secondaires de ma série Luxuria) et j’enchaîne avec la rédaction d’une seconde série de nouvelles historiques et sensuelles pour le tome 2 du Pyché d’Antéros mais mine de rien, je peaufine quelques futurs projets, dont une nouvelle saga vampire en 7 ou 8 tomes et un texte que j’avais écrit que je souhaite transformer en roman.

Le dernier mot est pour toi…
Ah, alors si le dernier mot est pour moi, je le dédie à mes lecteurs : Merci.

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir).

lundi 12 mai 2014

L’homme idéal… ou presque de Kristan Higgins

Si Maggie devait faire la liste de tout ce qui la rend très heureuse dans la vie, ce serait :
— le Joe’s, le restaurant plein de charme qu’elle dirige – une véritable institution pour les 1 407 habitants de Gideon’s Cove* ;
— une famille (presque toujours) aimante, et surtout une sœur jumelle avec laquelle elle partage une entente et une complicité à l’épreuve de tous les chocs de l’existence ;
— un chien qu’elle adore ;
— des employés fidèles et dévoués – quasiment une deuxième famille.
Déjà pas mal, n’est-ce pas ? Pourtant, si elle en avait le pouvoir, Maggie ajouterait volontiers une dernière petite chose à cette liste : un homme très amoureux d’elle, qu’elle aimerait aussi à la folie, et avec lequel elle vivrait un bonheur conjugal à faire pâlir d’envie toute la population féminine de Gideon’s Cove. Hélas, entre son amour impossible et malencontreux pour le père Tim, le prêtre de la paroisse, ses blind dates catastrophiques et sa liaison torride avec Malone, ténébreux et mutique pêcheur de homards, elle doute de pouvoir un jour y parvenir…
* minuscule bourgade de pêcheurs aux confins du Maine.

http://amzn.to/2pxBg4q
Clique ici pour acheter le livre

Clique sur l'image pour lire la chronique