mercredi 31 décembre 2014

Chroniques d'une initiée, tome 3 de Tiffany Reisz

Dans le monde des initiés, c'est elle qui fixe les règles...
Nora Sutherlin a tout fait pour chasser Wesley Railey de ses pensées, de ses fantasmes. Le jeune homme de bonne famille dont elle pourrait bien être tombée amoureuse n’est pas pour elle. Il est trop jeune, trop sensible et, surtout, trop innocent.
Sa vie à elle, c’est le monde de l’interdit et de la soumission ; c’est Søren, son propriétaire, son amant, son maître. Il sait tout d’elle, il l’a vue grandir, il a fait d’elle la dominatrice la plus accomplie de New York. Et elle a promis de le suivre au bout du paradis, ou de l’enfer.
Sauf que ces bonnes raisons ne sont d’aucun poids face à l’évidence : le seul moyen de choisir vraiment entre ces deux hommes que tout oppose, c’est d’aller jusqu’au bout avec Wesley, sans détour. Quel qu’en soit le prix.




http://amzn.to/2oXQj5K
Clique ici pour acheter le livre

Clique sur l'image pour lire la chronique

L'interview de Maritza

Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Comment as-tu commencé à écrire? Qui te lisait au début ?
La façon la plus normale et simple possible^^. Dès que j’ai su écrire, je prenais déjà des feuilles et j’écrivais tout ce qui pouvait me passer par la tête. Je me lisais moi-même puis mes parents.
Quel est ton genre favori ?
En terme d’écriture, c’est le fantastique.
En terme de lecture, je n’ai pas de genre particulier je lis de tout.
Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
Je rêve de mon histoire, j’y pense constamment et j’en parle à mon compagnon pour savoir ce qu’il en pense. Avant que j’écrive, j’ai l’habitude de schématiser pour savoir où je vais.
À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
La troisième personne.
Quels écrivains admires-tu le plus ?
Amélie Nothomb, Stephen King et aussi le King de la fantasy Tolkien.
Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Tous mes personnages sont tirés de mon vécu, de mon entourage, ce qui leur donne ce côté « vrai », « réel ». Je n’ai eu aucun mal à créer mes personnages avec une psychologie collant parfaitement à ceux qui m’entourent.
Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
Moi-même ! Ça peut paraître égoïste mais l’écriture me détend. Quand j’ai envie de faire passer un message, je l’écris. J’ai plus de facilités à m’exprimer ainsi et je suis ravie de le faire partager aux lecteurs.
Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Bien sûr à partir du moment où ils sont constructifs et où on ne compare pas. Quand les personnes comparent des récits je trouve ça dérangeant parce qu’une histoire est unique, on la prend comme telle on ne cherche pas à savoir si il/elle a fait mieux qu’un autre.
Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Oui ! Mon compagnon.
T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Oui. J’ai l’habitude de faire des plannings. Parfois je ne le respecte pas à cause d’imprévus et parfois tout va bien je finis exactement ce que j’avais l’intention de faire.
De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
De musique ! Nightwish ou Withintemptation avec même parfois des chansons typées « films d’animation » ou film de guerre, avec le plus souvent un thé ou un cappu.
Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
J’écris sur écran, sur feuille de papier. Je corrige uniquement sur l’ordinateur. La trame scénaristique est écrite sur papier, retranscrite et retravaillée sur pc. Étoffée par d’autres feuilles écrites dans les jours qui suivent, je retranscris tout sur mon écran juste avant de me lancer à fond dedans.
Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
Assez mauvaise. Certes, je n’ai pas soumis mon projet à des centaines de maison ! Mais les seules qui voulaient de mon projet, souhaitaient soit le modifier, soit refuser que mon compagnon en fasse la couverture. Et pour une moi, c’est une condition inébranlable !
Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Mon tome 2 est en fin de correction. Ma correctrice Bettina N., également auteure fait un super travail ! Aussi, je travaille sur un projet de recueil collectif, « Confidences » qui j’espère sortira avant la fin d’année.
Le dernier mot est pour toi…
Ceux qui lisent mon tome 1 m’affirment que l’histoire est originale, qu’elle les a transportée. Le style n’est pas parfait mais c’est le mien alors si vous avez envie de me découvrir, n’hésitez pas !
Merci à « Un peu de lecture » pour cette interview :) !
Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)

https://www.facebook.com/la.magie.du.destin/timeline http://maritza.e-monsite.com/

mardi 30 décembre 2014

Un grand amour peut en cacher un autre de Kristan Higgins

« Pour attirer le regard d'un homme incarnant la perfection masculine, je savais qu'il allait me falloir exploiter mon potentiel au maximum. Bien entendu, je n'imaginais pas une seule seconde réussir à me métamorphoser en cygne, toutefois j'étais bien décidée à me transformer au moins en... je ne sais pas, moi... en oie du Canada ! »
Depuis qu elle a quatorze ans, Millie flashe (sans succès mais avec une persévérance sans faille) sur le beau, le sublime, le parfait Joe Carpenter. Ses études de médecine terminées, elle retourne s'installer dans sa petite ville d'Eastham au bord de l océan, dans la région de Cape Cod, bien décidée cette fois à conquérir celui qu elle considère comme l'homme de sa vie, et la perfection incarnée sur la terre. Après beaucoup d'efforts (jogging à la limite de l'hyperventilation, régime sans pitié, séances chez un coiffeur à la pointe de la mode capillaire, révision intégrale de sa garde-robe...), Millie parvient enfin ! à allumer une étincelle de convoitise dans le regard de Joe. Sauf que rien, mais alors rien du tout, ne se passe comme elle l'avait rêvé...


http://amzn.to/2pnm0ZF
Clique ici pour acheter le livre

Clique sur l'image pour lire la chronique